Mémento Ergonomie Web d’Amélie Boucher

13 octobre 2008 - Catégorie : utilisabilité
Mots clés : , ,

Mémento Ergonomie web d'Amélie Boucher

Après la sortie remarquée de son livre il y a un an, Amélie Boucher récidive dans la propagation de la bonne parole en publiant un mémento sur l’ergonomie Web, toujours chez Eyrolles.

Sous la forme d’un dépliant en papier glacé “doré”, ce mémento est un aide-mémoire à toujours garder sous la main (ou au moins à côté de la souris). Il passe en revue les bases de l’ergonomie web au moyen d’exemples précis.

Après une définition qui permet de bien comprendre ce qu’est l’ergonomie web :

L’ergonomie web a pour objectif d’adapter un site Internet à ses visiteurs, de sorte que son utilisation soit ressentie comme facile, confortable et que ceux-ci aient envie de revenir.

Le mémento balaie les principes de base  :

  • L’organisation d’une page web
  • Les textes
  • Les titres et libellés
  • Les liens hypertextes
  • Les formulaires
  • Les menus
  • Les boutons d’action
  • Les listes et les tableaux
  • Les bannières publicitaires
  • Les messages d’information
  • Et une conclusion avec des recommandations

Simple et complet, je vous dis. A mettre sur tous les bureaux des concepteurs, graphistes, et chefs de projet Web. Et comme tous les mémentos, il ne coûte que 5€.

Pour en savoir plus :

UX Zeitgeist

11 avril 2008 - Catégorie : utilisabilité
Mots clés : , , ,

Après plusieurs mois sans signe de vie, je commençais à me dire que le projet UX Zeitgeist si intéressant était mort dans l’oeuf. Mais Lou Rosenfeld (oui, le même qui a écrit le pavé sur l’architecture de l’information) vient d’annoncer aujourd’hui même que le projet était officiellement lancé. Concrètement, Rosenfeld Media va maintenant ouvrir le service à une participation plus large, pour nourrir la base de données des livres (oui, on pourra en poster en langue autre que l’anglais), proposer des nouveaux sujets, et intégrer la base des professionnels de l’UX. Pour un item donné, UX Zeitgeist parcourt différentes sources d’information, et regroupe toutes ces données sur la fiche de l’item. Après l’analyse de toutes ces données, l’item est classé par rapport aux items similaires. Prenons un exemple avec un bouquin, l’excellent Don’t Make Me Think : A Common Sense Approach to Web Usability , de Steve Krug. Sur sa fiche, on peut parcourir les sources qui parlent du livre :

  • Les ventes sur Amazon
  • Les professionnels enregistrés sur le Zeitgeist qui le nomment dans leurs favoris
  • Les blogs qui en parlent (via Google blog search)
  • Les podcasts qui en parlent (via Everyzing
  • Les mentions du livre dans les publications sur l’expérience utilisateur (via Rollyo)

L’outil utilise également ces sources pour publier des informations en relation avec le livre :

  • Les ventes croisées d’Amazon
  • Les favoris reliés sur del.icio.us
  • Les mots clés reliés sur del.icio.us
  • Les livres également présents dans les favoris des membres de LibraryThing qui ont choisi le livre
  • Les livres taggés similairement par les membres de LibraryThing

Ces mini-feed sont mis à jour quotidiennement ou hebdomadairement selon les sources.

On retrouve vraiment ce côté mini-feed à la Plaxo ou Facebook sur les fiches des professionnels. Sur la fiche d’Andrew Boyd, par exemple, on connaitra en temps réel (ou presque) les livres sur lesquels il a collaboré, les nouveaux billets de ses blogs, ses favoris dans del.icio.us (va falloir pouvoir filtrer, sinon ça va être le bordel, là), et tout ce qui fait mention d’Andrew dans les livres sur Amazon, Google Books, les blogs, les podcasts, les publications, et les favoris del.icio.us.

Cet outil pourrait vite s’avérer être une mine d’or si les professionnels de l’expérience utilisateur, et dans un cadre plus large, les designers d’interaction, les architectes de l’information, les experts en utilisabilité, en accessibilité, les ergonomes, viennent à s’inscrire sur UX Zeitgeist, pour enrichir les bases de sujets et de livres, et pour partager ce qu’ils pensent, lisent, et écrivent. Rosenfeld Media ne cache pas les avantages qu’il va pouvoir en tirer : mieux identifier ses clients potentiels et connaitre les sujets en vogue, pour publier au plus près des attentes de la communauté. Du gagnant-gagnant, en somme.

Je vous conseille les lectures du blog et de la FAQ pour en savoir plus.

Edit : et maintenant, ya même ma pomme et celle d’Amélie !