Designers Interactifs : Conférence sur la publicité

Même si je ne suis pas (encore) membre de l’association Designers Interactifs, j’ai pu assister la semaine dernière à la Conférence sur la publicité interactive qui se tenait chez Adobe France, sur l’avenue Kléber dans le 16ème.

Aurélie de Villeneuve, directrice de création chez Duke Interactive, a présenté brièvement les acteurs du processus de fabrication d’une publicité interactive. Elle a ensuite démontré au travers de 3 exemples pour Sony que l’interactivité et la créativité d’une publicité permettaient de s’affranchir des barrières posées par les formats préétablis en proposant du contenu à priori non souhaité par l’utilisateur, le détournant de son parcours sur le site support.

Amélie Boucher, consultante en ergonomie et fondatrice d’Ergolab, a présenté la publicité interactive par le regard de l’ergonome, en démontrant que la pub n’est pas anti-ergonomique, et en s’attachant à donner les bonnes pratiques qui ne mettront pas les utilisateurs en rogne contre le site support. Pour Amélie, une pub sera plus ou moins ergonomique en prenant en compte l’ergonomie de l’emplacement de la pub (dans le web, dans le site, dans la page) et l’ergonomie de la forme du contenu (limiter l’intrusion, ne pas tromper l’internaute). Elle a conclu en assurant que le respect de grands principes d’ergonomie n’allait pas à l’encontre de la fabrication de publicités sympas.

Benoît Drouillat, directeur de création de Wordappeal et président de l’association Designers Interactifs, a présenté 7 tendances actuelles de la publicité interactive, parmi lesquelles les réseaux sociaux, l’hypervidéo, la participation gestuelle de l’internaute, et l’explosion des formats.

Personnellement, j’ai été très heureux d’entendre les mots “bonnes pratiques” lors de la conférence d’Amélie, c’est une étape vers l’établissement de normes et l’application de standards, à l’image de ce qui est en train de (timidement, certes) se passer du côté du développement. Je suis ravi car c’est en mettant en place des bonnes pratiques dès la conception, et l’ergonomie fait partie de la phase de conception, que l’on arrivera à sortir des sites propres et réalisés pour l’utilisateur.

Cette conférence m’a aussi permis de mettre à jour mes connaissances sur toute la créativité des pubs actuelles. Je dois avouer qu’en tant que “surfeur” chevronné, j’applique le “banner blindness” puissance 1000 et ne voit plus une seule pub sur un site web…

Vous pouvez approfondir le sujet en allant lire le bilan de la soirée sur le blog de Designers Interactifs et en regardant les slides d’Amélie et ceux de Benoît directement sur Slideshare, le code généré par Wordpress pour intégrer l’embed me donne des hauts-le-coeur…

Email Standards Project

28 novembre 2007 - Catégorie : bonnes pratiques
Mots clés : , ,

Freshview (en) (Campaign Monitor (en) et MailBuild (en)) lancent l’Email Standards Project (en), et il y en a bien besoin. Le but est de travailler avec les développeurs de clients mail et les webdesigners (graphistes, intégrateurs, chefs de projets) afin d’améliorer le support des standards et l’accessibilité dans les emails.

Personnellement, je vais suivre celà de très près, car le support des standards dans les clients mail, c’est vraiment le bordel, pour être poli. Entre Gmail, Outlook 2007, et Yahoo! Mail, pour ne citer qu’eux, c’est comme si vous essayiez de développer un site sur IE5, Netscape 4, et Firefox 2, et avec le même code source. Impossible.

Web mobile ou Web pour iphone ?

27 novembre 2007 - Catégorie : bonnes pratiques
Mots clés : ,

Plusieurs sociétés ont annoncé leur site dédié à la consultation de leurs contenus sur iphone (Libé, L’Oréal). Si celà montre un intérêt appréciable pour le Web mobile, la direction prise est sans aucun doute la mauvaise.

Pourquoi réaliser une interface dédiée pour un terminal avec des contenus disponibles sur le site principal ? Ce n’est ni plus ni moins qu’un coup marketing que font ces sociétés pour faire parler d’elles au moment de la sortie de l’iphone en France. Techniquement, c’est de la connerie pure et simple. Que fera-t-on le jour où Sony Ericsson sortira un appareil révolutionnaire ? Fera-t-on des sites dédiés à Android ? Doit-on faire des sites adaptés au Tablet PC ? L’iphone utilise Webkit, qui n’est ni plus ni moins que le moteur de rendu de Safari, également utilisé dans la mouture AIR d’Adobe. Autrement dit, un site conforme et bien conçu pour le Web desktop passe tout aussi bien sous iphone.

Gageons que passés quelques mois ces annonces n’existeront plus. Ça ne fera que du bien au Web.

Lire la suite…

26 septembre 2007 - Catégorie : bonnes pratiques
Mots clés : , ,

Le titre de ce billet est volontairement inadéquat, inutilisable, et inaccessible. Et j’ai beaucoup hésité avant de renoncer à le renommer “Donnez du sens à vos liens” ou “Résumez la cible de votre lien dans son texte”. J’aurais aussi pu le nommer “Cliquez ici !”…

Le titre de ce billet ne donne aucune information sur le contenu du billet lui-même, ni même sur l’endroit où il mènera. On se doute que le contenu allait parler de près ou de loin du Web, de l’utilisabilité, des bonnes pratiques, mais il a fallu analyser le contexte dans lequel se trouvait ce titre pour imaginer ce qui se trouvait dans le billet.

Prenons un exemple fréquemment rencontré : les news de pages d’accueil.

Mauvaise usage des hyperliens
Le titre de l’information et le résumé précédant le lien nous indiquent que l’on va a priori trouver des informations sur la dernière journée de championnat, mais cette information ne découle que de nos déductions. Rien ne nous dit que nous ne nous dirigeons pas vers le classement du championnat ou le résumé du match Trifouilli contre Pétaouchnok.

Bon usage des hyperliens
Mêmes informations, même mise en page, sauf que cette fois-ci, le lien nous dit où on va : vers un article qui résume la dernière journée de championnat.

Ce lien présente des avantages par rapport au précédent :

  • il indique le contenu vers lequel il mène;
  • il a un sens, indépendamment des informations tirées des contenus le précédant;
  • tous les utilisateurs le comprendront de la même façon;

Le dernier point est le plus important. Les visiteurs utilisant un navigateur dans des conditions standards, les visiteurs utilisant un lecteur d’écran, ceux naviguant sur un téléphone portable, les robots des moteurs de recherche, les visiteurs lisant les pages en parcourant les liens des yeux, tous doivent comprendre la même chose en arrivant sur ce lien. Le référencement de l’article et l’accessibilité du contenu en dépendent.

Pour finir, je rajouterai qu’il s’agit aussi de mettre un peu de (bon) sens dans le contenu d’un site : 6 liens décrivant leur cible apportent plus en qualité et en confort de lecture que 6 “Lire la suite…”, “Cliquez ici !”, ou “Voir l’article”.

Quelques liens sur les bonnes pratiques en matière d’hyperliens :

1er Wasp Café à Paris le 26 septembre prochain !

14 septembre 2007 - Catégorie : bonnes pratiques
Mots clés : , ,

En voilà une initiative qu’elle est bonne ! Et on la doit au groupe de liaison international du Web Standards Project, composé d’Aurélien Levy, Marie Alhomme, Thierry Régagnon, et Stéphane Deschamps.

Le 1er WaSP café aura lieu le mercredi 26 septembre à partir de 19h chez Urbi et Orbi, 93 rue Montmartre, 75002 Paris. Personnellement, j’y serai, ce sera l’occasion de croiser des pompeurs et plein d’autres gens qu’ils sont intéressants.

Toutes les infos sur ce billet sur fairytells.

[edit] Ah ben non, je n’y serai probablement pas.